Un Noir, une corde, des policiers: vif émoi en Amérique.

Un Noir, une corde, des policiers: vif émoi en Amérique

Le chef de la police d’une ville du Texas s’est excusé face à l’indignation suscitée par une photo de deux de ses agents escortant un Noir tenu par une corde alors qu’eux-mêmes montaient à cheval.

De nombreux internautes ont été choqués par cette photographie devenue virale, évoquant selon eux l’époque abhorrée des lynchages dans l’Amérique esclavagiste.

Le suspect, Donald Neely, arrêté pour une violation de propriété et menotté, aurait normalement dû être conduit au poste de police dans un véhicule à moteur, mais seulement des agents de la police montée étaient disponibles, a justifié lundi soir Vernon Hale, le chef de la police de Galveston.

Donald Neely a donc été escorté à pied, tenu par une corde, entre deux agents montés à cheval.

« Même s’il s’agit d’une technique enseignée et la meilleure des pratiques dans certaines circonstances, j’estime que nos agents ont pris une mauvaise décision », a déclaré le responsable policier dans un communiqué publié sur Facebook.

De nombreuses personnes ont demandé que les agents soient sanctionnés voire renvoyés de la police pour avoir infligé à M. Nelly ce traitement dégradant, rappelant les esclaves enchaînés, les Noirs lynchés ou encore les condamnés volontairement exhibés sur la voie publique.

« Nous sommes en 2019, pas 1819 », a ainsi réagi James Douglas, président de l’antenne de Houston de la NAACP, la première organisation de défense des Noirs américains, cité dans le quotidien Houston Chronicle.

« Un homme noir traîné par une corde par des agents de police, en 2019. (…) On doit dénoncer ce dont il s’agit: du racisme à l’oeuvre », a de son côté commenté le Texan Beto O’Rourke, candidat démocrate à la présidentielle de 2020.

Le chef policier Vernon Hale a fait savoir qu’il avait décidé de mettre un terme à cette méthode pour convoyer des personnes interpellées. 

« D’abord et avant tout il est de mon devoir de m’excuser auprès de M. Neely pour cet embarras inutile », a-t-il ajouté.

FC Barcelone : Un mail compromettant pour le transfert de Griezmann ?

FC Barcelone : Un mail compromettant pour le transfert de Griezmann ?

Alors que l’Atlético de Madrid a saisi la FIFA pour contester la manière dont s’est bouclé le transfert d’Antoine Griezmann au FC Barcelone, le quotidien espagnol El Mundo affirme qu’un mail envoyé par l’avocat du joueur attesterait de contacts illicites avec le club blaugrana.

C’est peut-être la preuve qu’attendait l’Atlético de Madrid. Dans ses colonnes ce lundi, le quotidien espagnol El Mundo affirme avoir pris connaissance d’un mail adressé à Antoine Griezmann, sa sœur et agent ainsi qu’à son père où l’agent de l’international français, Sevan Karian, qui liste les conditions du transfert du natif de Mâcon au FC Barcelone. Le problème, c’est que ce mail est daté du mois de mars, bien avant le début des négociations entre le club catalan et l’Atlético de Madrid pour le transfert en bonne et due forme du joueur.

Le Barça sanctionné par la FIFA ?

Si ce mail est authentifié, cela prouverait de manière irréfutable que des contacts ont été noués entre l’entourage d’Antoine Griezmann et les dirigeants du FC Barcelone dans le dos de l’Atlético de Madrid, un comportement qui viole les règlements de la FIFA. L’instance mondiale prohibe, en effet, les contacts entre un joueur et un club avant l’ouverture de négociations entre les deux clubs. Cette preuve pourrait donc permettre à l’Atlético de Madrid d’exiger le paiement de l’intégralité de la clause libératoire initiale d’Antoine Griezmann, soit 200 millions d’euros contre les 120 versés par le FC Barcelone. De plus, la FIFA pourrait sanctionner le club catalan, avec la menace d’une interdiction de recruter qui pourrait être une épée de Damoclès. A moins que l’existence de cette preuve n’incite les dirigeants blaugrana à la prudence et à un règlement à l’amiable de cette affaire embarrassante.

Tant que la fortune te sourit, tu auras beaucoup d’amis, si les nuages se montrent, tu te retrouveras seul.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, costume et gros plan
ABDOU DIOUF
« C’est à partir du moment où je fus relevé de mes fonctions de gouverneur du Sine-Saloum que, pour la première fois, je fus véritablement confronté à l’ingratitude des hommes. J’ai pu alors constater que, tant que vous êtes une autorité, les hommes vous sont fidèles et sont à vos pieds, mais dès que vous êtes en disgrâce, ou qu’ils vous y croient, certains d’entre eux n’ont plus de considération pour vous et vous tournent le dos.
C’est le cas de ce grand chef religieux qui, lorsque j’étais encore gouverneur, m’avait demandé de lui installer une coopérative dans un village de la région. Au moment de quitter mes fonctions, j’ai pensé qu’il valait mieux prendre l’arrêté avant de partir, afin que mon successeur puisse finaliser rapidement le projet. J’avais fait cela avec un zèle qui correspondait au respect que je vouais à ce guide.
J’ai donc signé l’acte et je voulais lui dire au téléphone de ne pas s’inquiéter , puisque j’avais tout fait. J’ai eu une grande surprise. Un de ses disciples m’a fait attendre longtemps et, à la fin, quelqu’un d’autre a pris l’appareil pour me dire << Gouverneur, le marabout vous salue bien, il m’a chargé de vous dire qu’il est très occupé en ce moment mais qu’il vous souhaite le meilleur. >>
Je lui ai répondu que c’était tout juste pour lui dire que j’avais signé l’arrêté pour la coopérative. Dans mon for intérieur, je me disais que ce n’était pas possible qu’il me traitât ainsi .
Que dire également du comportement de cet homme qui était toujours dans nos cortèges à crier à tue – tête : << Maintenant nous avons le meilleur gouverneur du pays, un gouverneur qui nous porte du bonheur>? Il le faisait avec tout ce qu’ont pouvait imaginer comme obséquiosite, louanges,ovations et autres envolées dithyrambiques . Pourtant, quand j’ai quitté mes fonctions, il ne savait pas encore que j’étais affecté à un nouveau poste et un jour, en sortant du ministère des Affaires étrangères, je l’ai aperçu devant la pharmacie du Rond- Point et me suis dirigé vers lui. Il m’a aussitôt tourné le dos et j’ai compris que, s’il avait agit de la sorte, c’est qu’il ne voulait pas se compromettre avec quelqu’un qui était en disgrâce ou en tout cas qui était considéré comme tel. Pour le jeune homme de 27 ans que j’étais, qui croyait à tant d’idéaux, voir les hommes se comporter cette façon fut un choc. Et me sont revenus en mémoire mes jeunes années de latinistes au lycée Faidherbe et les vers qu’Ovide, exilé par Auguste au bout du monde, à Tomis, sur les bords de la mer Noire, écrivait dans les Tristes : << Tant que la fortune te sourit, tu auras beaucoup d’amis, si les nuages se montrent, tu te retrouveras seul. >>
Il y a eu certes ce griot et ce grand chef religieux que j’admirais tant, mais il y a eu bien d’autres encore »
Abdou Diouf
Mémoires aux Éditions Seuil.



Antoine Griezmann au Camp Nou, lors du Trophée Joan-Gampe.

Tous les feux sont au vert pour Antoine Griezmann et le FC Barcelone

A voir aussi….

Antoine Griezmann a fait ses grands débuts au Camp Nou lors du Trophée Joan-Gamper contre Arsenal (2-1). Ovationné par le public lors de la présentation des joueurs, le champion du Monde français a joué un rôle important dans la victoire des Catalans.

Il était un temps annoncé l’enfer pour Antoine Griezmann s’il signait au FC Barcelone cet été, un an après avoir éconduit le club catalan. Mais son intégration au vestiaire se passe visiblement sans accroc et son premier contact avec le Camp Nou dimanche était dans le même ton. Aligné d’entrée pour le Trophée Joan-Gamper contre Arsenal (2-1), comme Frenkie de Jong, l’attaquant des Bleus a reçu une standing ovation du public lors de sa présentation avant la rencontre. Il a ensuite participé à la rencontre pendant 79 minutes, étant le seul des titulaires à ne pas sortir à la mi-temps ou à l’heure de jeu. Il a même inscrit un but, pour répondre à l’ouverture du score de Pierre-Emerick Aubameyang (0-1, 36eme). Mais il lui a été refusé pour une position de hors-jeu. Quand il est sorti du terrain, Griezmann a de nouveau reçu les applaudissements nourris des près de 100 000 spectateurs présents au Camp Nou pour ce traditionnel rendez-vous d’avant-saison en Catalogne.

A découvrir…..

Au Caire, Kushner s’entretient de la paix au Moyen-Orient avec le président Sissi

Une photo fournie par la présidence égyptienne montre le chef de l’Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi (C) s’entretenant avec Jared Kushner, gendre et conseiller principal du président américain Donald Trump (G) et sa …
©STRINGER, AFP

Jared Kushner, gendre et conseiller principal du président américain Donald Trump, s’est entretenu jeudi au Caire avec le président Abdel Fattah al-Sissi de la paix au Proche-Orient, selon un communiqué officiel.

Le responsable américain effectue une tournée dans plusieurs Etats de la région, pour promouvoir le plan de paix de Washington très controversé, rejeté par les Palestiniens et critiqué par la Jordanie. Mercredi, il a rencontré à Amman le roi Abdallah II de Jordanie et s’est entretenu en Israël avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Selon la présidence égyptienne, les deux parties ont discuté des « moyens de consolider la paix et la stabilité dans la région ». 

Accompagné par Jason Greenblatt, l’émissaire du président Trump pour le Moyen-Orient, M. Kushner a informé le président égyptien des contacts que la délégation américaine avait établis avec diverses parties « pour remettre les négociations entre Palestiniens et Israéliens sur les rails », d’après le communiqué.

M. Kushner a présenté en juin à Bahreïn le volet économique du plan américain, faisant notamment miroiter 50 milliards de dollars d’investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans.

L’aspect politique, au coeur du conflit, n’a toujours pas été dévoilé, notamment concernant l’occupation israélienne, la création d’un Etat palestinien et le droit au retour des réfugiés, chassés par la création d’Israël en 1948 puis par la guerre de 1967.

Les Palestiniens boycottent le plan américain, accusant l’administration Trump de parti pris en faveur d’Israël.

Selon le bureau de M. Sissi, l’Egypte a réitéré son engagement en faveur d’une « solution à deux États et de l’édification d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale ».

M. Kushner refuse de parler de la solution dite « à deux Etats », pourtant au coeur de la diplomatie mondiale depuis des décennies.

Détecté au dernier moment, un astéroïde « tueur de villes » a frôlé la Terre

Un astéroïde capable de rayer de la carte une ville entière a frôlé la Terre dans la nuit du 24 au 25 juillet. Repéré au dernier moment par la Nasa, aucune mesure n’aurait pu être prise.

« 2019 OK ».

Derrière ce nom barbare se cache un géocroiseur, un astéroïde dont l’orbite croise celle de la Terre. Il aurait pu faire parler beaucoup plus de lui puisqu’il frôlé la Terre dans la nuit du 24 au 25 juillet, sans que cela ne soit attendu.

C’est le 28 juin que la Nasa, l’agence spatiale américaine, avait repéré cet astéroïde, avant qu’il ne disparaisse des ces radars. Ce n’est que le 23 juillet, un jour seulement avant son passage, que les scientifiques l’ont à nouveau repéré.

Il est passé à 73.000 kilomètres de notre planète. Une distance minuscule à l’échelle du système solaire, puisque cela ne représente que 1/5 de la distance Terre-Lune (380.000 kilomètres).

L’objet céleste, d’un diamètre compris entre 57 et 130 mètres, le range dans la catégorie de la Nasa des « city-killers » (tueurs de ville). Un objet de cette taille peut pulvériser plus de 2000 m², comme le relevait au micro de France Info Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des astéroïdes, se basant sur l’expérience en Sibérie, en 1908.

BFMTV rappelle qu’en 2013, un objet d’une taille environ deux fois inférieure ayant explosé au-dessus de la Russie avait libéré une énergie d’environ trente fois celle de la bombe qui avait rasé Hiroshima, en 1945.

« Il faut savoir que le risque d’impact d’astéroïde est le risque le moins probable par rapport aux autres risques naturels, tels que les tremblements de terre ou les tsunamis », préfère tempérer le directeur de recherche du CNRS.

Trump de nouveau accusé de racisme après des attaques sur Baltimore et un élu noir

Donald Trump a fait face samedi à de nouvelles accusations de racisme après s’en être pris violemment à un élu noir de Baltimore, dont la circonscription est selon lui « dégoûtante et infestée de rats ».

Moins de deux semaines après avoir invité quatre élues démocrates issues de minorités à « retourner » d’où elles venaient, le président américain a déclenché un nouveau tollé aux Etats-Unis en trois tweets matinaux particulièrement acerbes. 

Il y accuse Elijah Cummings, élu démocrate du Maryland à la Chambre des représentants, d’avoir « brutalement » critiqué les agents de la police aux frontières pour les conditions de détention des mineurs à la frontière sud, « quand en fait son district de Baltimore est BIEN PIRE et plus dangereux ». 

« Aucun être humain ne voudrait y vivre », appuie le président républicain. « Le district de Cummings est un désordre dégoûtant, infesté de rats et autres rongeurs. S’il passait plus de temps à Baltimore, il pourrait peut-être aider à nettoyer cet endroit très dangereux et sale ».

Elu noir emblématique de la chambre basse du Congrès, où il siège depuis 1996, M. Cummings, 68 ans, avait accusé la semaine dernière le ministre par intérim de la Sécurité intérieure Kevin McAleenan d' »embellir » la réalité sur la situation des mineurs détenus dans des centres d’accueil à la frontière avec le Mexique.

« M. le président, je rentre chez moi dans mon district chaque jour », a-t-il directement répondu sur Twitter. « Chaque matin, je me lève et je lutte pour mes voisins. C’est mon devoir constitutionnel de superviser le pouvoir exécutif. Mais c’est mon devoir moral de me battre pour mes électeurs ».

Sa circonscription couvre une large partie de Baltimore, ville industrielle de 620.000 habitants, majoritairement noirs.  

Minée par les problèmes sociaux, la drogue et la délinquance malgré des programmes de réhabilitation immobilière et la modernisation du centre-ville, la cité portuaire de la côte est américaine compte parmi les métropoles les plus violentes du pays, avec plus de 300 homicides par an en moyenne depuis 2015.

– « Odieux » –

Née à Baltimore, dont son père et son frère ont été maires, la chef des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi a dénoncé les « attaques racistes » à l’encontre de M. Cummings, « un ardent défenseur au Congrès et dans le pays des droits civiques et de la justice économique ».

L’ancien vice-président Joe Biden, en tête selon les sondages dans la course à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 2020, a directement apostrophé Donald Trump, jugeant « odieux » de « s’en prendre de cette façon à (M. Cummings) et aux gens de Baltimore ».

« Vous avez prouvé une fois de plus que vous n’étiez pas à la hauteur de la fonction. Un président doit tirer le pays vers le haut. Pas le déchirer », a-t-il ajouté, joignant ses critiques à celles de la plupart des candidats à l’investiture démocrate.

La sénatrice Kamala Harris, également candidate à l’investiture démocrate, a qualifié de « honteuse » l’attaque de M. Trump contre M. Cummings.

Le maire démocrate de Baltimore, Bernard « Jack » Young, a jugé la diatribe du président « blessante et dangereuse ».

« C’était totalement insultant », a déclaré M. Young à des journalistes. « Nous ne laisserons personne salir la ville de Baltimore et son efficace équipe dirigeante, personne », a-t-il insisté.

Mais Donald Trump a répété son attaque dans un nouveau tweet samedi soir. « Elijah Cummings passe tout son temps à nuire à des gens innocents », a-t-il écrit, une référence apparente aux critiques de M. Cummings contre les agents de la police aux frontières. « Il ne fait RIEN pour son district très pauvre, très dangereux et très mal géré! ».

Donald Trump avait déjà fait grand bruit mi-juillet après une série de violents tweets visant quatre élues démocrates issues de minorités, auxquelles il conseillait de « retourner » dans leur pays d’origine, quand bien même trois d’entre elles sont nées aux Etats-Unis.

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, avait adopté en réponse une motion condamnant « fermement les commentaires racistes » du président.

Les propos de M. Trump avaient également attiré les réprobations de dirigeants étrangers, comme la chancelière allemande Angela Merkel ou la Première ministre britannique Theresa May, et provoqué le malaise jusque dans son camp républicain. 

« Ces tweets n’étaient PAS racistes. Il n’y a pas une once de racisme en moi! », s’était défendu le président, avant que ses partisans ne scandent lors d’un meeting électoral « Renvoyez-la! » à l’évocation d’Ilhan Omar, fille de réfugiés somaliens élue au Congrès en 2018.

Donald Trump s’est depuis personnellement impliqué pour la libération du rappeur new-yorkais A$AP Rocky, qui doit être jugé en Suède pour violences. 

« La Suède a laissé tomber notre communauté noire américaine », a-t-il dénoncé jeudi dans des tweets accompagnés du hashtag #FreeRocky, utilisé sur internet par la communauté hip-hop et les fans de l’artiste.

Brexit : Emmanuel Macron a invité Boris Johnson en France

La rencontre pourrait avoir lieu dans les prochaines semaines a précisé l’Élysée. Angela Merkel a également invité le nouveau Premier ministre britannique à Berlin. 

Emmanuel Macron et Boris Johnson se sont entretenus au téléphone jeudi 25 juillet alors que le nouveau Premier ministre britannique, partisan historique d’un Brexit dur, a annoncé son intention de renégocier l’accord sur le Brexit. Jeudi, il a en effet jugé « inacceptable » l’accord de retrait négocié par Theresa May, à qui il a succédé, et a réclamé à l’Union européenne (UE) de rouvrir les négociations. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a immédiatement répondu à Boris Johnson que l’accord de divorce conclu avec le Royaume-Uni était le seul possible pour l’UE.

Lors de ce premier entretien téléphonique, Emmanuel Macron a invité Boris Johnson « dans les toutes prochaines semaines », a précisé la présidence française.

Le chef de l’Etat, actuellement en vacances au fort de Brégançon, a « félicité M. Johnson pour sa nomination » et « s’est réjoui de leur coopération sur les sujets bilatéraux, européens et internationaux ». Les deux dirigeants ont convenu de parler du Brexit dans les prochaines semaines, « dans le respect des exigences de l’Union européenne », a-t-elle précisé.

« Négocier posément » avec Boris Johnson

La chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part eu un entretien téléphonique avec Boris Johnson ce vendredi. Elle l’a également félicité et invité à venir prochainement à Berlin, ce que ce dernier a accepté. « Les discussions ont porté en premier chef sur la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne et l’approfondissement des relations bilatérales », a précisé une porte-parole de la chancelière Ulrike Demmer.

« Négocier posément » avec Boris Johnson

La chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part eu un entretien téléphonique avec Boris Johnson ce vendredi. Elle l’a également félicité et invité à venir prochainement à Berlin, ce que ce dernier a accepté. « Les discussions ont porté en premier chef sur la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne et l’approfondissement des relations bilatérales », a précisé une porte-parole de la chancelière Ulrike Demmer.

La discipline vs réseaux sociaux

La discipline renvoie à un ensemble de règles que nous devons appliquer dans notre vie quotidienne, cela implique plusieurs détails dont nous allons essayer de décortiquer quelques uns.

A l’époque, le terme discipline renvoyait au domaine militaire car c’est un domaine basé sur des stricts respects de règles à savoir l’organisation méticuleuse du matériel, ou l’organisation du temps. Cependant, si nous nous focalisons sur nos vies quotidiennes, cela peut se résumer à l’organisation du temps qui est un facteur primordial et pas du tout facile à gérer à notre époque avec tant de divertissement.

L’organisation du temps :

Le jour fait 24 heures, en principe et en temps normal nous devons dormir pour une durée minimum de 7 heures ce qui nous reste 17heures, en temps normal nous travaillons 8heures. Et si nous réduisons cela, il nous reste 9 heures, en temps normal l’être humain se rationnalise en alimentation 3 fois, supposons que chaque repas nous prends 30 minutes multiplions par 3 ça nous donne 1heure 30 minutes moins 9, il nous reste 7heures 30 minutes. Pour des personnes religieuses (de confession musulmanes par exemple) les cinq prières quotidiennes peuvent prendre les 30 minutes.

Au final, il nous reste 7 heures du temps, consacrée du temps à sa famille pour les chefs de famille est hyper important donc en résumé si nous arrivons à appliquer ces règles normalement cela nous permettra à être discipliner et bien gérer notre temps faire d’autres choses qui nous passionne dans la vie mais les statistiques démontrent ceci en moyenne par jour :

YOUTUBE : 40 minutes par jour,
FACEBOOK : 35 minutes par jour,
SNAPCHAT : 25 minutes par jour,
INSTAGRAM : 15 minutes par jour,
TWITTER : 1 minute par jour.

Whatsap : 40 minutes

La totalité nous donne en moyenne entre 2heures à 3heures du temps par jour. Et si nous multiplions cela en année ça donne la chaire de poule, c’est dans les 1000 heures/an.

Le point ici c’est d’attirer l’attention de tout un chaque par rapport à la gestion de notre temps parce que chaque jour est une vie et vivons à la beauté de choses dans la vie réelle et non sur des réseaux sociaux qui nous déconnectes de la réalité.