La santé, un produit incontournable et spécifique.

Image associée

La santé n’est pas un bien comme les autres. Le consommateur (ou patient) n’est pas le décideur puisque c’est le médecin qui prescrit la dépense autrement dit l’ordonnance. Le consommateur n’est pas non plus celui qui paie en grande partie puisque le financement est collectif (grâce à la protection sociale).
Ainsi, le médecin doit utiliser au mieux les ressources communes qui vont permettre à chacun d’être protégé contre les risques de santé ou une précarité sanitaire.

Lorsqu’on parle de l’économie, l’on ne peut nullement ignorer la notion du besoin qui à son tour implique l’offre et la demande.

Notion de besoin, l’offre et la demande en matière de santé

Le rôle de la société est de répondre aux besoins des individus dont elle a la charge, à travers différents dispositifs comme la justice pour les besoins de sécurité, les mesures sociales pour les personnes démunies, le système éducatif digne de son nom, le système de soins ou les structures d’accueil pour couvrir les besoins de santé.

 1)La notion de besoin de santé 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait référence à la notion de « bien-être » pour définir la santé : « Le bien-être peut être considéré comme la satisfaction des besoins et l’accomplissement des capacités physiques, intellectuelles et spirituelles. »
Pour conserver sa santé, c’est-à-dire un équilibre physique, mental et social, l’homme doit satisfaire des besoins :

  • des besoins primaires, indispensables au maintien de la vie biologique, au bien-être physique, l’on peut faire ici, référence à la pyramide d’Abraham Maslow autrement dit des besoins physiologiques (respiration, faim, soif, sexualité, sommeil…)
  • des besoins secondaires, qui varient selon les individus ou les groupes sociaux (besoins psychologiques, affectifs, intellectuels, qui correspondent au bien-être mental et social) ou besoins de sécurité (environnement stable et prévisible sans anxiété et ni crise, besoins d’appartenance ou d’amour (affection des autres)

Les besoins correspondent donc au désir propre de chaque individu de trouver les moyens destinés à pallier les manques et les sources d’insatisfaction dont il souffre.  
En économie de la santé, le besoin de santé peut ainsi être défini comme un manque, un écart entre l’état de santé existant et observé d’une part, et l’état de santé désiré d’autre part.
Les besoins de santé évoluent sans cesse avec l’amélioration de la qualité de vie et le développement du progrès médical. La société se crée également de nouveaux besoins (lutte contre les épidémies). L’économie répond aux besoins de la santé par la production de biens (médicaments) et de services (consultations) proposés par les établissements de soins et les médecins.

2) La demande dans le domaine de la santé

La demande de santé est constituée des besoins de santé exprimés et mesurés par l’économie de la santé, et qui se traduisent par le recours aux soins.
Le besoin de santé, ressenti ou réel, n’est pas toujours exprimé. Les freins à l’expression des besoins et le renoncement aux soins sont dus à l’insuffisance des remboursements et des moyens financiers, au manque d’information, au temps d’attente pour obtenir un rendez-vous.
Plusieurs causes influent sur la demande de santé, telles que l’âge (après 80 ans, la consommation médicale est multipliée par trois), la catégorie socioprofessionnelle, les revenus, le niveau d’instruction, la couverture sociale et l’état de santé réel et désiré.

3) L’offre de santé

L’offre de santé permet de répondre à la demande de santé, aux besoins exprimés.
C’est le rôle du système de santé de proposer à la population les moyens pour maintenir sa santé, à travers les professionnels de santé, le niveau d’équipement médical à l’hôpital ou en médecine de ville, le financement des soins et leur remboursement, les priorités de santé publique, la prévention.
Une offre de santé est constituée par un ensemble de biens (médicaments, prothèses) et de services (consultations, analyses) médicaux. L’offre de santé évolue en quantité et qualité (réformes).
La situation idéale pour un système de santé efficient serait celle où les besoins, la demande et l’offre de santé coïncideraient exactement.

Résultat de recherche d'images pour "image de la santé publique"
%d blogueurs aiment cette page :