Santé publique VS Médecine

La santé publique est considérée comme  l’étude, d’une part, des déterminants physiques, psychosociaux et socioculturels de la santé de la population et d’autre part des actions en vue d’améliorer la santé de la population ». Ou encore, comme « une activité organisée de la société visant à promouvoir, à protéger, à améliorer et, le cas échéant, à rétablir la santé de personnes, de groupes ou de la population entière »

La santé publique se focalise sur plusieurs volets, à savoir :

  • prévenir les maladies,
  • prolonger la vie et de promouvoir la santé et l’efficacité physiques à travers les efforts coordonnés de la communauté pour l’assainissement de l’environnement,
  • le contrôle des infections dans la population, l’éducation de l’individu aux principes de l’hygiène personnelle,
  •  l’organisation des services médicaux et infirmiers pour le diagnostic précoce et le traitement préventif des pathologies,
  •  le développement des dispositifs sociaux qui assureront à chacun un niveau de vie adéquat pour le maintien de la santé,

L’objectif final de la santé publique est de permettre à chaque individu de jouir de son droit inné à la santé et à la longévité.

La médecine (du latin : medicina, qui signifie « art de guérir, remède, potion ») est considérée comme une science et la pratique (l’art) étudiant l’organisation du corps humain (anatomie humaine), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à préserver la santé (physique comme mentale) par la prévention (prophylaxie) et le traitement (thérapie) des maladies.

La médecine contemporaine utilise les soins de santé, la recherche et les technologies biomédicales pour diagnostiquer et traiter les blessures et les maladies, habituellement à travers la prescription de médicaments, la chirurgie ou d’autres formes de thérapies. Depuis plusieurs décennies, le soulagement de la douleur s’est imposé comme un objectif médical à travers des solutions chimiques mais également par la relation médecin-patient.

Depuis 1952, un comité de L’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) a élargit  des conceptions se rapportant à l’administration de la santé publique, cette évolution nécessitant l’intégration en un système unique de toutes les branches de l’action sanitaire : prophylaxie ou prévention, soins aux malades et réadaptation des convalescents. Depuis lors il est généralement admis que l’organisation des soins curatifs appartient également aux fonctions essentielles de la santé publique.

De tout ce qui nous précède, La santé publique se démarque de la médecine essentiellement sur deux plans :

  1. Elle met d’avantage l’accent sur la prévention que sur les traitements curatifs ;
  2. Elle développe une approche de population, plutôt que de s’intéresser individuellement aux problèmes de santé des personnes, ce qui se traduit notamment par l’adjonction de compétences qui relèvent des sciences humaines et sociales et notamment de la sociologie, du droit et de l’économie. Cette approche populationnelle peut par ailleurs s’exprimer, selon les pays, par l’expression d’une politique publique spécifique : la politique de santé publique.

 Tout y passe mais la santé passe avant tout.

%d blogueurs aiment cette page :