Détecté au dernier moment, un astéroïde « tueur de villes » a frôlé la Terre

Un astéroïde capable de rayer de la carte une ville entière a frôlé la Terre dans la nuit du 24 au 25 juillet. Repéré au dernier moment par la Nasa, aucune mesure n’aurait pu être prise.

« 2019 OK ».

Derrière ce nom barbare se cache un géocroiseur, un astéroïde dont l’orbite croise celle de la Terre. Il aurait pu faire parler beaucoup plus de lui puisqu’il frôlé la Terre dans la nuit du 24 au 25 juillet, sans que cela ne soit attendu.

C’est le 28 juin que la Nasa, l’agence spatiale américaine, avait repéré cet astéroïde, avant qu’il ne disparaisse des ces radars. Ce n’est que le 23 juillet, un jour seulement avant son passage, que les scientifiques l’ont à nouveau repéré.

Il est passé à 73.000 kilomètres de notre planète. Une distance minuscule à l’échelle du système solaire, puisque cela ne représente que 1/5 de la distance Terre-Lune (380.000 kilomètres).

L’objet céleste, d’un diamètre compris entre 57 et 130 mètres, le range dans la catégorie de la Nasa des « city-killers » (tueurs de ville). Un objet de cette taille peut pulvériser plus de 2000 m², comme le relevait au micro de France Info Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des astéroïdes, se basant sur l’expérience en Sibérie, en 1908.

BFMTV rappelle qu’en 2013, un objet d’une taille environ deux fois inférieure ayant explosé au-dessus de la Russie avait libéré une énergie d’environ trente fois celle de la bombe qui avait rasé Hiroshima, en 1945.

« Il faut savoir que le risque d’impact d’astéroïde est le risque le moins probable par rapport aux autres risques naturels, tels que les tremblements de terre ou les tsunamis », préfère tempérer le directeur de recherche du CNRS.

%d blogueurs aiment cette page :